5 choses à savoir sur la prévoyance complémentaire !

5 choses à savoir sur la prévoyance complémentaire !

Bien que les régimes obligatoires de sécurité sociale couvrent les besoins liés à la retraite, d'autres risques peuvent notamment subvenir tels que : l'incapacité, le décès, la maternité, l'invalidité, et l'atteinte à l'intégrité physique. Comment faire pour compléter, voire garantir ces compléments avec une prévoyance complémentaire adéquate ? Qu'est-ce qu'il faut savoir ? Ci-dessous les 5 points clés essentiels qu'il faudrait assimiler pour bien choisir sa prévoyance complémentaire.

Les conditions préliminaires

Pour une prévoyance déterminée, il faut connaitre quelques règles de base pour que tout soit clair. Dans une entreprise par exemple, les contributions patronales sur la prévoyance supplémentaire ne font pas parties des prestations de prévoyance collective obligatoire.

Les conditions d'exonération exigent les garanties subventionnées par l'employeur au profit des salariés qui doivent appartenir aux prestations complémentaires ou supplémentaires. Elles s'appliquent aux régimes de base de la Sécurité sociale (accident du travail, maternité, maladie, décès) et sans distinction de dénomination (dotations, cotisations, appels de fonds ou refacturation, subventions…). Néanmoins, il est à considérer que les garanties aient obligatoirement une liaison avec le régime de base sans s'y superposer totalement.

La santé et le versement associé

Pour les salariés à contrats déterminés ou à temps très partiels, le versement santé leur aide de secours dans les situations globales nécessitant une couverture complémentaire. Ce type de versement assigné à l'employeur remplace le financement de la couverture collective et exigée si les salariés en objet disposent d'un contrat responsable. Ces personnes proprement dites devront attester leurs souscriptions à un contrat de complémentaire santé de la part de leurs organismes distinctifs. Les salariés sous contrat inférieur ou égal à trois mois ou travaillant partiellement à un honoraire ne dépassant pas 15 heures par semaine, peuvent par exemple en bénéficier entièrement.

Les trois autres choses à savoir

Par an et par salarié, une limite d'exonération sociale a lieu. Les contributions patronales pour subvenir aux prévoyances additionnelles répondant à l'attente des conditions d'exonération requises ne font pas partie de la base de calcul des cotisations de Sécurité sociale. Dans quels cas ? Dans une limite égale à 6 % du seuil de la Sécurité sociale, et de 1,5 % du salaire brut assujetti aux cotisations de Sécurité sociale.

Après le départ d'un salarié dans une entreprise et sous conditions, différents dispositifs lui permettent de bénéficier encore des couvertures de prévoyance léguées par son ancien employeur par l'intermédiaire du système de portabilité des garanties de prévoyance.

Et enfin, pour une prévoyance complémentaire garantie, mieux vaut recourir aussi à des accompagnateurs professionnels externes. Des groupes existent pour mieux aider les gens à trouver la prévoyance complémentaire qui leur convient. Citons par exemple Filiassur, qui est connu comme courtier en assurance. Il conçoit et distribue des solutions de prévoyance pour les particuliers et les sociétés. La distinction par la qualité de service apportée à ses 300 000 clients (temps de traitement moyen d'un sinistre : 5 jours) différencie le groupe Filiassur des autres et le propulse au rang de leader dans son domaine. (https://www.filiassur-prevention.fr/)